Accueil » Food travel » La fraise d’Europe

Je suis allée passer 3 jours en Espagne pour enquêter sur la Fraise d’Europe et j’ai pu constater que la Fraise n’est pas si mauvaise que ça … et loin de là ! Alors à bas les préjugés ! il n’y a pas que des fraises sans goût en Espagne….

Nous avons atterris à Séville, car nous devions séjourner dans la province de Huelva là où sont implantés les cultures de fraises, située à 80 km de Séville, tout près du Parc national et naturel de la Doñana. Celui-ci est immense, environ 50 000 ha de superficie. Cette région cumule le plus grand nombre d’heures d’ensoleillement en Europe. C’est pourquoi la saison des fraises y est la plus longue (de janvier à octobre environ). Et c’est aussi un domaine protégé.

J 1 : nous avons visité un entrepôt d’emballage « Flor de Donana » Bio
Les fraises y arrivent dans les barquettes (récolté en amont) en fin de matinée et sont placées dans une pièce frigorifiée afin que les fruits ne souffrent pas.
Puis chaque barquette est pesée, ajustée, emballée et placée dans des cartons de transport . Eux-même étiquetés et mis au froid avant d’être chargés dans les camions de transport. Le femmes qui y travaillent, font leurs heures uniquement l’après-midi. Comme il fait trop chaud dans les champs, leurs conditions de travail sont plus agréables puisqu’elles sont dans un entrepôt tempéré. Des tests de taux de sucre sont effectués afin d’adapté le stockage et/ou la température pour ne pas abîmer le fruit.
Nous nous sommes gavées heu nous en avons dégusté et franchement j’ai vraiment été surprise par leur gout sucré et pas du tout l’apriori que j’en avais !

J 2 : nous sommes allées dans les champs constatées par nous même les conditions de travail et les cultures.
Les fraises ne sont traitées sans pesticides et de façon naturelles qu’avec des insectes qui détruisent les nuisibles.
Des phéromones, des insectes, rien que du naturel ! Les fruits sont cueillis le matin tôt afin que les femmes qui travaillent ne souffrent pas trop de la chaleur. Elles placent les fruits directement dans des barquettes de 200, 250, 500g. en fonction des demandes des pays d’export en Europe. Les fruits pas trop jolis vont dans une cagette spéciale afin d’être orienté vers l’industrie agro-alimentaire (Yaourt aux fruits…). Les cagettes sont placées à l’ombre, avec pour chacune, une étiquette correspondant à l’identité de la cueilleuse, pour sa traçabilité. Pour la pollinisation des fruits, Juan Maria Rodriguez Borrero, gérant de « Flor de Donana » nous a montré les ruches installées dans une parcelle au milieu des fraisiers et framboisiers.

Les parcelles sont au milieu de la nature, près du Parc National de Donana. Réserve ornithologique et lieu de protection et sauvegarde du lynx. Donc encore plus de contrainte du respect environnemental.

Nous sommes allées visiter FNM, Fresas Nuevos materiales. la partie recherches et développement d’Interfresas
Nous nous attendions à voir des labos, avec des tubes à essais dignes des experts et bien non…. Nous avons vu un petit hangar dans lequel on manipule manuellement les fleurs de fraisiers. On retire délicatement à la pince les pétales, puis on retire les pistils que l’on positionne au pinceau sur un autre plan de fraises.
Ils font des croisements afin d’obtenir le meilleur de chaque catégories : goût, sucre, acidité, taille, forme, productivité…
Puis ils patientent, trient, choisissent, élisent la meilleur. Ils la testent grandeur-nature dans d’immenses parcelles. Et enfin la variété est validée par l’Oficina Espanola de Variedades Vegetales et au Bureau Européen de l’Harmonie du Marché Interne. 90 croisements sont réalisés chaque année. Donnant plus de 8000 résultats.

Ensuite nous avons été déjeuner au bord de la mer, une parenthèse enchantée…..

En fin de journée nous sommes allées visiter l’usine d’emballage Freson de Palos

J 3 : nous avons joué les touristes dans le fameux parc national de Donana. Ce parc est aussi l’un des espaces naturels les plus importants d’Europe. Il s’agit d’une réserve de la biosphère et patrimoine de l’humanité, entre-autres pour sa condition d’important refuge ornithologique. Refuge d’animaux uniques, aujourd’hui en danger d’extinction, comme l’aigle impérial ou le lynx ibérique. C’est un endroit où se reproduisent de nombreuses espèces, ainsi que l’une des principales zones d’hivernage pour les oiseaux du centre et du nord de l’Europe.

Ce fut un voyage fabuleux je remercie chaleureusement Paco, notre guide pendant ce séjour et l’agence We agency.

Recettes réalisées avec les fraises d’Europe :

 

 

Accueil » Food travel » La fraise d’Europe
%d blogueurs aiment cette page :